Vous êtes ici: >> >> >> Patients - Visiteurs >> Actualités

Actualités

Une clinique pluridisciplinaire des troubles liés à internet et au jeu aux Cliniques Saint-Luc

Le Service de psychiatrie des Cliniques universitaires Saint-Luc lance une Clinique des troubles liés à internet et au jeu. Encore peu étudiés, ces troubles constituent pourtant un véritable phénomène de société et peuvent avoir des conséquences importantes pour les personnes qui en souffrent et leurs proches. La nouvelle consultation permettra aux patients de rentrer dans un circuit de soins et à l’équipe de mener des projets de recherche dans ce domaine.

Le 1er octobre prochain, en collaboration avec la Faculté de psychologie de l’UCL, le Service de psychiatrie adulte des Cliniques universitaires Saint-Luc ouvrira une nouvelle consultation dédiée exclusivement aux troubles liés à internet et au jeu. La création de cette unité s’inscrit dans la continuité du travail d’accompagnement mené au niveau de l’alcoologie aux Cliniques.

Un phénomène de société
La consultation vise spécifiquement les troubles liés à internet. « L’interactivité et la variabilité de ce média sous-tendent une plus grande implication au niveau de l’imaginaire, expliquent les Prs Philippe de Timary et Joël Billieux. Des habitudes d’usages excessifs peuvent se former autour de certaines utilisations d’internet (jeux vidéo en ligne, chat, réseaux sociaux, paris sur internet…). « Comme internet est en évolution constante, on relève sans cesse de nouveaux usages susceptibles de devenir des problématiques. »

Le processus peut, dans certains cas, se révéler semblable aux addictions : une personne psychologiquement fragilisée va, dans un contexte spécifique, s’adonner à une activité faisant office d’échappatoire face aux difficultés quotidiennes. « Le comportement devient excessif à partir du moment où la personne désinvestit les autres domaines de sa vie, ressent un mal-être quand elle ne s’adonne pas à ladite activité ou s’isole de plus en plus sur le plan social. » De tels troubles peuvent avoir de lourdes conséquences (situations socio-économiques précaires, problèmes familiaux, décrochage scolaire ou professionnel, etc.) et constituent un véritable problème de société.

Prise en charge thérapeutique
La Clinique des troubles liés à internet et au jeu permet aux patients de rentrer dans un circuit de soin où collaborent psychiatres, psychologues et assistants sociaux. Lors de la consultation, le thérapeute réalisera avec la personne un bilan sur sa situation et ses motivations à reproduire le comportement. Chaque prise en charge sera différente : « selon le cas, le thérapeute optera pour une approche différente, d’orientation cognitivo-comportementale, psychanalytique ou systémique, des séances individuelles ou en groupe. » Par ailleurs, la consultation veillera aux éventuelles addictions associées : par exemple, si un problème d’alcool se superpose aux troubles liés au jeu ou à l’internet. La spécificité de cette nouvelle clinique est donc d’une part son caractère pluridisciplinaire et d’autre part son intérêt particulier pour les problématiques d’internet et du jeu.

Recherche constante
Outre la consultation ambulatoire, la Clinique mènera des projets de recherche destinés à mieux comprendre les enjeux liés à ces problématiques et aux addictions de manière générale. « Les troubles liés à internet et au jeu sont considérés comme des formes de dérégulation des conduites, comme dans les addictions, mais qui ne s’accompagnent pas d’effets pharmacologiques comme le ferait une drogue. Aussi, les étudier permettrait de mieux comprendre comment fonctionnent les mécanismes préliminaires au développement de l’addiction. » Enfin, la recherche permettra de rester attentif aux différentes évolutions liées au média internet. Elle s’inscrit dans le contexte d’un questionnement récemment soulevé au niveau de l’OMS sur les risques liés à l’usage excessif des nouvelles technologies de communication.

Pour prendre rendez-vous pour consultation: ctij.rdv-saintluc@uclouvain.be

Pour plus d'informations, consultez la page de la Clinique des troubles liés au jeu et à Internet.