Vous êtes ici: >> Patients - Visiteurs >> Actualités

Actualités

Cardiologie : mieux comprendre les thromboses artérielles

Touchant 10.000 à 15.000 personnes chaque année en Belgique, les thromboses artérielles peuvent déboucher sur des infarctus. Elles sont causées par les plaquettes sanguines et plus précisément par leur capacité d’agrégation. Une étude menée par des scientifiques de l’UCL et des Cliniques universitaires Saint-Luc met en lumière le rôle clé des lipides dans ce processus et ouvre des perspectives considérables pour le développement de biomarqueurs et de nouveaux traitements.

En Belgique, on dénombre tous les ans 10.000 à 15.000 infarctus du myocarde résultant d’une thrombose artérielle. Il s’agit de la formation d’un caillot sanguin potentiellement mortel dans 7 à 10% des cas. Les plaquettes sanguines seraient à l’origine de la formation de ces caillots à cause de leur capacité d’agrégation (le fait de se coller les unes aux autres).

Les prises en charge actuelles visent d’ailleurs les plaquettes afin d’empêcher la formation de caillot. Cependant, ces traitements agissent moins bien chez certains patients, leurs plaquettes ayant plus tendance à s’agréger. Une étude menée par le Pôle de Recherche Cardiovasculaire de l’Institut de Recherche Expérimentale et Clinique de l’UCL et le Service de cardiologie des Cliniques universitaires Saint-Luc a mis en évidence le rôle clé des lipides des plaquettes dans ce processus.

L’incidence des lipides dans l’agrégation des plaquettes

En investiguant les facteurs susceptibles de déclencher l’agrégation des plaquettes sanguines, l’étude a révélé l’importance des lipides dans la structure et la fonction des plaquettes. Une enzyme spécifique, l’Acétyl-CoA Carboxylase (ACC), permet en effet aux plaquettes sanguines de synthétiser les lipides. Toute modification sur cette enzyme influe au niveau des lipides plaquettaires et de leur fonction d’agrégation.

L’analyse de plaquettes sanguines de patients à risque de thrombose du Service de cardiologie des Cliniques Saint-Luc a révélé que leur enzyme ACC et leur métabolisme lipidique étaient modifiés. La fonction d’agrégation de leurs plaquettes était en outre particulièrement active.

Perspectives : mieux identifier les patients à risque

Les résultats de cette étude ouvrent des perspectives considérables. Au niveau diagnostique, l’étude permettra d’identifier de nouveaux biomarqueurs capables de mieux détecter les patients à risque de thrombose et d’infarctus. Au niveau thérapeutique, certains traitements ciblant l’enzyme liée à l’activité des plaquettes pourraient être développés à terme.

Plus d’informations :
https://uclouvain.be/fr/sciencetoday/actualites/des-lipides-au-coeur-du-processus-de-l-infarctus.html
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/30018077