Lettre d'information n°94 - Avril 2010

Guêpe

Attention, ça pique

Les guêpes, frelons, abeilles et autres bourdons font partie de l'ordre des hyménoptères: insectes dont le venin est toxique, mais aussi susceptible d'induire des réactions allergiques.

Les abeilles piquent généralement pour se défendre lorsqu'elles se sentent menacées, elles n'attaquent pas. Les guêpes et les frelons par contre font preuve d'un comportement agressif particulièrement dans leur quête de nourriture (quand les gens boivent et mangent à l'extérieur), ou lorsque l'on se trouve trop près de leur nid. Les bourdons sont de loin les plus paisibles; ce sont surtout les agriculteurs qui les utilisent pour la pollinisation de leurs cultures qui courent le risque de se faire piquer.

Le chiffre
En 2009 en Belgique, trois personnes sont décédées des suites d'une réaction allergique à une piqûre de guêpe ou d'abeille.

La guêpe pique sans laisser de dard et peut piquer plusieurs fois, au contraire de l'abeille qui laisse son dard et meurt ensuite. Il faut donc veiller à le retirer à l'aide d'une pince, sans en presser la base car si on écrase le sac à venin qui se trouve à la base du dard, une quantité plus importante de venin risque de se répandre dans la plaie. Cette délicate opération doit être suivie d'une désinfection minutieuse.

Il y a tout d'abord la réaction toxique (chimico-enzymatique) locale banale qui augmente progressivement dans les heures qui suivent la piqûre. Cette réaction bénigne atteint son amplitude maximale après 24 heures. Le patient peut également développer une réaction allergique.

Les réactions allergiques présentent différents niveaux de sévérité. La réaction allergique la moins sévère génère une réaction loco-régionale avec douleurs, rougeur, chatouillements et gonflement, qui s'étend au moins sur une distance entre deux articulations. Cette réaction allergique s'installe rapidement.
D'autres personnes vont développer une réaction générale avec des lésions cutanées (des rougeurs, des chatouillements, des gourmes), des difficultés respiratoires, le gonflement du visage et/ou de la gorge, des palpitations cardiaques, une chute de tension et une syncope.
Ces réactions ne se présentent pas nécessairement dans cet ordre et ne sont pas toujours toutes observées.
Ces différentes manifestations arrivent très rapidement, entre 30 et 45 minutes après la piqûre. Ce deuxième type de réaction peut, dans sa forme sévère, conduire au décès.

En effet. En dehors d'un mécanisme allergique, une réaction générale sévère peut aussi survenir tout en étant d'ordre toxique. Il s'agit de piqûres en grand nombre lorsque l'individu est attaqué par un essaim d'abeilles ou un nid de guêpes. La quantité de venin est tellement importante qu'elle entraîne un effet toxique qui altère le fonctionnement des organes comme les reins, le foie, le cœur, et la coagulation du sang...

Que l'on soit allergique ou pas, la première règle à observer lorsque l'on se fait piquer par une guêpe, un frelon, une abeille, un bourdon ou encore un insecte non identifié consiste à cesser toute activité physique et à rester tranquille, voire à s'allonger pour limiter une éventuelle chute de tension.
Si après 30 minutes rien ne se passe, l'individu peut reprendre ses activités.
Si les symptômes décrits ci-avant se développent, il faut prendre un anti-histaminique (si disponible dans la pharmacie familiale, ndlr) et appeler les secours (le 100 à partir d'un poste fixe ou le 112 à partir d'un gsm, ndlr), surtout si la progression est très rapide. Mieux vaut faire venir les secours que de prendre le risque de complications graves pendant l'acheminement aux urgences ou au cabinet de consultation du médecin. Il est vraiment très important de rester sur place et d'attendre les services de secours. Si la personne se sent faiblir, elle doit s'allonger sur le sol en attendant leur arrivée.

Les personnes ayant déjà développé une réaction allergique sévère et généralisée suite à une piqûre d'hyménoptère risquent de reproduire ce schéma en cas de nouvelle piqûre. Il est donc très important, lorsque l'épisode aigu est passé, de prendre contact avec un allergologue afin de déterminer les mesures de prévention médicamenteuses. Selon le degré de sévérité de l'allergie, le médecin prévoira une trousse d'urgence ou une désensibilisation allergique.
Cette visite chez le médecin doit être planifiée un mois après l'accident, pas avant.

Quelques conseils à l'approche des beaux jours

  • Evitez de marcher pieds nus à l'extérieur.
  • Soyez extrêmement vigilants quand vous mangez ou buvez à l'extérieur; ne portez rien à la bouche sans regarder ce que vous comptez absorber
  • Ne touchez jamais à un essaim d'abeille ou à un nid de guêpes.
  • Faites enlever les nids de guêpes par les pompiers; n'essayez surtout pas de les détruire vous-mêmes.
  • Les poubelles et les bulles à verre attirent les insectes; veillez à vous en éloigner.