Service de chirurgie plastique

Présentation

Le Service de chirurgie plastique des Cliniques universitaires Saint-Luc prend en charge des pathologies très diverses de l'enfant, de l'adulte et de la personne âgée. Il porte son intérêt sur la correction de toutes les anomalies de forme et de fonction affectant le visage et le cou, le tronc, l’abdomen et les seins, ou les membres.

La chirurgie plastique pédiatrique

Aux premiers âges de la vie, le Service opère les enfants nouveaux-nés porteurs de fentes labiales ou palatines (plus d'informations)

Cette activité de chirugie réparatrice de l’enfant s’étend également à d’autres pathologies malformatives (agénésie ou malformations du pavillon de l’oreille, kystes branchiaux, brides cervicales ou poplitées) et prend en charge les nouveaux-nés porteurs de naevus géants (tache pigmentée noirâtre étendue) ou d'autres pathologies cutanées congénitales (neurofibromatoses par exemple). Les séquelles de brûlures sont également corrigées.

Les enfants porteurs d'anomalies vasculaires (angiomes et malformations vasculaires) sont soignés eux dans le cadre du Centre multidisciplinaire des Anomalies vasculaires (CMV) qui traite chaque année plus de 500 nouveaux patients soit par chirurgie, soit par laser ou par radiologie interventionnelle. Ce centre d’expertise, doté de moyens diagnostiques et thérapeutiques d’exception est l’un des plus grands centres européens pour la prise en charge de ces pathologies rares et complexes qui se rencontrent tant chez l’enfant que chez l’adulte.

La chirurgie réparatrice et microchirurgie reconstructrice

A tous les âges de la vie, la chirugie plastique générale offre des possibilité de réparation des déformations des parties molles et des pertes de substance de la surface cutanée corporelle qui peuvent résulter de traumatismes, d’infection sévères, de brûlures ou du traitement agressif de tumeurs bénignes ou cancéreuses. Aucun territoire anatomique n’est exclu de l’action de cette chirurgie de réparation qui, la plupart du temps, s’effectue de façon autonome mais également souvent aussi collaboration avec d’autres spécialités chirurgicales.

Une collaboration privilégiée existe ainsi entre le Service de chirurgie plastique et le Service d'ORL pour la prise en charge intégrée des cancers de la tête et du cou. Ceux-ci sont traités dans le cadre de la Clinique de cancérologie cervico-maxillofaciale où, après l’exérèse de la tumeur selon des voies d’abord adaptées, la reconstruction rend possible l’ablation large de la lésion néoplasique et assure ensuite a restauration anatomique et fonctionnelle du site opéré. Ceci vaut pour les cancers de la cavité orale, du larynx et du pharynx, de la région orbitaire, des cavités nasales et des sinus. Un nombre significatif de ces reconstructions fait appel à des techniques délicates et sophistiquées d’autotransplantations de tissus et de microchirurgie reconstructrice.

Une collaboration similaire existe également, dans le cadre de l'Institut Roi Albert II (le centre du cancer et d'hématologie des Cliniques Saint-Luc), entre l’équipe de chirurgie et microchirurgie réparatrice d’une part et les services de chirurgie thoracique, neurochirurgie, orthopédie et de chirurgie abdominale d’ autre part pour assumer des reconstructions complexes et spécifiques, le plus souvent pour traiter des tumeurs du crâne, des parois thorax, des parois de l’ abdomen et du périnée, des parties molles (sarcomes) ou des membres.

La chirurgie réparatrice du sein

Cette chirurgie est pratiquée dans le cadre de la Clinique du sein. Toutes les techniques modernes de reconstruction sont réalisées avec un développement ciblé sur la chirurgie oncoplastique qui autorise une reconstruction mammaire dans le même temps opératoire que la résection de la tumeur cancéreuse. L’éventail des techniques utilisées en reconstruction primaire ou secondaire du sein recouvre à la fois les réparations par prothèses qui ont leurs indications spécifiques et les reconstructions autologues par tissus vivants prélevés dans la région dorsale ou l’abdomen (DIEP). La technologie de comblement des petites pertes de volume mammaire par des injections de graisse autologue (lipofilling-lipostructure) sera bientôt implémentée selon un protocole d’étude clinique rigoureux car elle n’a pas encore fait jusqu’ ici, la preuve de sa totale inocuité sur un terrain marqué par un antécédent de cancer.

La chirurgie des cancers cutanés

Elle constitue quantitativement et qualitativement une activité importante du service. Elle intéresse tous les types de tumeurs de la peau et est très souvent associée à des gestes de reconstruction spécifiques, tantôt simples, tantôt complexes, lorsque les lésions touchent par exemple le visage, le nez, les oreilles, les paupières et les lèvres. La plupart de ces gestes sont réalisés sous anesthsésie locale ou en chirurgie ambulatoire. En outre plus de 100 mélanomes sont opérés chaque année par le service en collaboration avec les Service de dermatologie et d'oncolgie médicale. A la faveur d’une articulation de recherche de pointe effectuée au sein de l’Institut Ludwig, les malades traités par le Groupe Mélanome peuvent bénéficier d’une prise en charge médico-chirurgicale intégrée qui inclut la recherche du ganglion sentinelle et des traitements expérimentaux d’immunothérapie.

L'Unité de cicatrisation

Celle-ci concerne le traitement et le suivi des plaies chroniques (ulcères de pression, ulcères vasculaires...) L'activité de cette unité performante est assurée par 3 infirmières "référentes en plaies" encadrées par les chirurgiens plasticiens, qui sont régulièrement amener à donner des avis dans les unités de soins.
Cette unité conseille les pansements les plus appropriés pour assurer la guérison des plaies et le cas échéant, fait recours à la chirurgie de débridement ou de recouvrement (lambeaux et greffes) pour activer le processus de cicatrisation. La guérison par la technologie de la pression négative (VAC) y est également fréquemment appliquée.

La chirurgie esthétique

Elle complète l’éventail des activités opératoires assurées par les cadres permanents du service. Le développement de "l'hospitalisation d'un jour" a permis d'augmenter en toute sécurité, confort et discrétion la prise en charge des patient(e)s qui souhaitent bénéficier de procédures légères de nature cosmétique intéressant le nez (rhinoplastie), les paupières (blépaharoplasties), le rajeunissement du visage (lifting, lipostructure), les seins (augmentation ou réduction mammaire), l’abdomen (abdominoplasties) ou les fesses et les cuisses (liposuccion, lifting de cuisse, glutéoplastie). Certaines parmi ces interventions nécessitent parfois une hospitalisation de quelques jours. C’est le cas, entre autres, des chirurgies de la silhouette pratiquées après une perte de poids importante qui sortent du cadre strict de la chirurgie esthétique pour rentrer dans celui de la chirurgie postbariatrique. Tout comme la chirurgie esthétique, cette dernière est une chirurgie délicate, très utile au patient, qui doit impérativement être pratiquée par des spécialistes complets en chirurgie plastique et réparatrice qui en connaissent bien les indications, en maîtrisent pleinement toutes les techniques et peuvent en corriger toutes les éventuelles complications.

Ce descriptif n'est pas exhaustif mais donne cependant un aperçu précis des activités du Service de chirurgie plastique des Cliniques universitaires Saint-Luc.

Retrouvez la liste des interventions pratiquées dans le Service de chirurgie plastique


Pour aller plus loin

Quand les vaisseaux s'emmêlent les pinceaux : le Centre des malformations vasculaires

De la tache de vin sur un visage à un gonflement rouge sur le poignet d’un bébé, les angiomes revêtent de nombreuses formes. Mais pour les traiter, il faut des spécialistes: l’équipe du Centre des malformations vasculaires.

Article du Saint-Luc Magazine n°22 (avril - mai 2012)

Ce sein que je ne saurais voir...

Un tiers des cas de cancer du sein débouchent sur l’ablation totale ou partielle du sein malade. Heureusement, il existe des solutions de reconstruction mammaire. Petit passage en revue des différentes étapes et techniques de ces chirurgies plastiques.

Article du Saint-Luc Magazine n°24 (février - mars 2013)