Service de gynécologie et d'andrologie

Hystérosalpingographie

Objectif et définition

L'hystérosalpingographie est une radiographie de la matrice et des trompes après injection d'un produit de contraste.
Cet examen permet de mettre en évidence des pathologies utérines intracavitaires (polype, fibrome, synéchie, restes placentaires, malformation utérine) et de vérifier la perméabilité des trompes.
L'examen est réalisé dans le Service de radiologie.
Après mise en place d'un spéculum et d'une petite pince sur le col, une canule est placée au niveau du col et un liquide de contraste à base d'iode est injecté dans la cavité utérine et dans les trompes.
Plusieurs clichés radiologiques sont réalisés en décubitus dorsal et en décubitus latéral.

Durée de l'intervention

5 à 10 minutes.

L'examen doit être réalisé en dehors de toute grossesse.
En cas de grossesse, les rayons pourraient provoquer une fausse couche.
Chez une patiente non ménopausée et en cycles spontanés, l'examen sera dès lors réalisé en première partie de cycle, c'est-à-dire quelques jours après la fin des règles. Vous devez donc signaler toute perte de sang anormale qui pourrait faire envisager une grossesse. En cas de doute, n'hésitez pas à en faire part au médecin qui réalise l'examen.
Chez certaines personnes, la prise préalable (1h avant l'intervention) d'un anti-douleur (anti-inflammatoires non stéroïdiens ou paracétamol) peut être nécessaire.

Fréquence de ce type d'intervention

Plus de 300 hystérosalpingographies sont réalisées chaque année dans le service.

Effets secondaires de l'intervention

La mise en place d'une petite pince sur le col et l'injection du produit de contraste à l'intérieur de l'utérus peuvent s'accompagner de douleurs abdominales crampiformes, comparables à des règles douloureuses. Ces douleurs peuvent rarement s'accompagner d'un syndrome vagal (syncope).
Ces éventuelles douleurs disparaissent très rapidement après la fin de l'examen.

Risques inhérents à l'intervention et pertinents pour le patient

L'injection d'un produit de contraste à base d'iode peut exceptionnellement s'accompagner d'une réaction allergique (choc anaphylactique) avec troubles respiratoires et cardio-vasculaires.
Le choc anaphylactique nécessite des manoeuvres de réanimation et entraîne exceptionnellement le décès.
Une allergie connue à l'iode doit être considérée comme une contre-indication absolue à l'examen.
Suite à la mise en place de la pince sur le col, des saignements peuvent survenir.
L'injection de produit de contraste dans l'utérus et les trompes s'accompagne, dans de rares cas, d'une infection endométriale et tubaire pouvant évoluer vers un abcès tubo-ovarien et vers une péritonite. L'infection est surtout favorisée lors de la présence d'une pathologie tubaire préexistante (hydrosalpinx).

Après l'intervention

Les premières minutes après l'hystérosalpingographie peuvent être douloureuses et nécessitent de rester allongée. Des anti-douleurs peuvent être administrés préalablement ou après l'examen.
L'examen s'accompagne fréquemment de petites pertes sanguines pouvant durant de 1 à 7 jours.
Des antibiotiques seront systématiquement prescrits après l'examen pour une durée de 5 jours.
Une activité tout à fait normale peut être reprise directement après l'examen.
Si après votre retour à domicile vous présentez des douleurs persistantes, de la température ou des vomissements, il est indispensable d'en informer votre médecin.