Service de pneumologie

Spirométrie

Nature de l'intervention

Pendant une spirométrie, l'on souffle le plus vite et le plus fort possible à travers une pièce buccale connectée à un appareil de mesure, le spiromètre. Pendant cette expiration forcée, l'appareil mesure un certain nombre de paramètres qui sont ensuite comparés à ceux que l'on obtiendrait chez une autre personne du même âge, du même sexe et de même taille dite " normale ", car n'ayant aucun problème respiratoire. La spirométrie nécessite la collaboration active du patient. Après une première mesure, un deuxième test peut être réalisé pour apprécier l'effet de l'administration d'un médicament. La même manoeuvre d'expiration forcée peut être répétée 15 minutes après la prise du médicament.

But de l'intervention

La spirométrie peut avoir un but diagnostic (elle peut être anormale dans certaines maladies respiratoires). Elle peut aussi aider à apprécier les répercussions d'une maladie sur la fonction respiratoire. Elle sert également à suivre l'évolution de la maladie ou l'efficacité d'un traitement.

Durée de l'intervention

Entre 15 et 45 minutes.

Préparation avant l'intervention

Les médicaments bronchodilatateurs doivent être arrêtés avant le test selon un délai variable. Les médicaments à courte durée d'action (Atrovent®, Ventolin®, Berotec®, Duovent, etc) doivent être arrêtés 6 heures avant, et ceux à longue durée d'action (Serevent®, Oxis®, Foradil®, Seretide®, Symbicort®), au moins 12 heures avant le test. Il est recommandé d'interrompre l'usage du tabac 6 heures avant le test. De même, il est souhaitable d'éviter l'exercice physique ou l'exposition au froid et au brouillard dans les deux heures précédant le test.

Risques de l'intervention

La spirométrie est universellement reconnue comme un examen non dangereux.

Degré d'urgence

L'examen n'est généralement pas pratiqué en urgence.

Fréquence

Pratiqué quotidiennement dans notre institution.

Contre-indications à l'intervention

Les patients atteints d'une maladie contagieuse sont priés de le signaler au personnel afin que les mesures nécessaires soient prises. La tuberculose pulmonaire est une contre-indication à la spirométrie.

Effets secondaires de l'intervention

De la toux peut survenir au cours des manoeuvres d'expiration forcée.

Risques inhérents à l'intervention

Aucun.

Alternative diagnostique

Il n'y a pas d'autre méthode permettant de mesurer le souffle.

Répercussions financières de cette intervention

La spirométrie coûte entre 10.19 € et 101.92 € selon les examens demandés par le médecin. La participation du malade varie de 0 à 11.46 € selon les examens demandés, le statut VIPO, etc. Il n'y a pas de supplément d'honoraires pour ce type d'examen.