Service de prothèse dentaire

Présentation

Une prothèse dentaire est un dispositif destiné à remplacer une ou plusieurs dents manquantes et leurs tissus de soutien (os et gencive) qui se seraient résorbés, ou plus simplement à reconstituer une dent fortement délabrée. Suivant qu'elle peut ou non être mise en place et ôtée par le patient, la prothèse dentaire est qualifiée d'amovible ou d'inamovible. Il existe aussi des prothèses maxillo-faciales.

La première qualité requise d'une prothèse est de ne pas nuire à la santé locale et générale du patient. Exécuter une prothèse reste avant tout un acte médical, même si une partie des tâches techniques est confiée à des collaborateurs techniciens de laboratoire. La réalisation d'une prothèse dentaire est complexe, tant au niveau du cabinet dentaire qu'au niveau du laboratoire. Elle nécessite de nombreuses étapes pour atteindre et optimiser le résultat qui dépend de nombreux compromis anatomiques, morphologiques, cosmétiques et techniques.

La prothèse amovible

Toute prothèse amovible comporte une base plus ou moins étendue, le plus souvent en résine acrylique imitant la gencive, servant de support à des dents artificielles; celles-ci sont en porcelaine ou en résine. On distingue la prothèse amovible complète et la prothèse partielle amovible.

Une prothèse amovible complète remplace la totalité des dents d'une arcade ainsi que les tissus de soutien (os et gencive) qui se modifient toujours après les extractions. Elle recouvre l'entièreté de la crête résiduelle et en plus, au maxillaire supérieur, l'entièreté de la voûte palatine. Sa rétention découle du "principe de la ventouse", la muqueuse buccale jouant le rôle du joint de caoutchouc. Il en résulte que la rétention de la prothèse dépend notamment de son extension (qui doit atteindre la zone de réflexion située à la jonction de la gencive attachée à l'os et de la muqueuse libre jugale ou linguale), de la qualité de son adaptation aux tissus de soutien, de la dépressibilité de ces tissus, de la viscosité de la salive (dont la présence abondante améliore le joint muqueux); une bonne occlusion s'opposera par ailleurs au basculement de la prothèse.

Illustrations

Une prothèse partielle amovible est constituée soit d'une base complètement en résine servant de support aux dents artificielles, soit d'une armature métallique en chrome-cobalt ou en titane (appelée châssis) garnie de selles acryliques supportant les dents de remplacement. La rétention de cette prothèse est assurée par des crochets qui s'insèrent sur des dents naturelles, éventuellement couronnées. Une prothèse à châssis métallique est pourvue d'appuis dentaires qui s'opposent à son enfoncement progressif dans la muqueuse sous-jacente, ce qui limite considérablement les risques d'inflammation gingivale autour des dents persistantes. Plus rigide et plus résistante, elle doit être préférée dans la majorité des cas.

Illustrations

Toute prothèse partielle ou complète peut trouver un complément de rétention au niveau de racines naturelles ou artificielles (implants) par l'intermédiaire de dispositifs appelés "attachements de précision".

La prothèse inamovible ou fixée

La prothèse dite inamovible ou fixée peut être soit une couronne unitaire qui remplace tout ou partie d'une dent délabrée, soit un pont (bridge) qui remplace une ou plusieurs dent(s) absente(s) en prenant appui sur des dents couronnées voisines de l'édentement. La fixation se fait par emboîtement mécanique toujours renforcé et rendu étanche à la salive par un scellement ou un collage. Ce type de prothèse suppose qu'un meulage des dents leur donne une forme permettant un emboîtement précis et garantisse l'épaisseur souhaitée aux matériaux de substitution (métal et/ou céramique). La mutilation nécessaire peut atteindre et même dépasser 50 % du volume de la dent pour une restauration scellée (couronne) généralement utilisée sur une dent plus ou moins délabrée et se limiter à quelques pourcents lorsque le bon état des dents permet la réalisation d'ancrages pelliculaires collés.

Illustrations

Dans certaines situations cliniques, un ou plusieurs implants peuvent se substituer aux racines naturelles; la fixation des éléments prothétiques sera alors assurée par vissage ou par scellement sur un moignon métallique. La ressemblance avec les dents naturelles est souvent très grande mais peut, dans certains cas, être limitée par le contexte clinique.

La prothèse maxillo-faciale

La prothèse maxillo-faciale a pour but de corriger des malformations d'origine congénitale ou traumatique, de même que des pertes de substance consécutives à l'exérèse de tumeurs au niveau de la cavité orale. Un déficit osseux au niveau du maxillaire, accompagné de perte de dents, est généralement comblé par une prothèse amovible partielle ou totale dite "obturatrice". Une modification importante de l'anatomie mandibulaire, accompagnée de perte de dents, peut être corrigée par une prothèse amovible ou inamovible stabilisée par des implants.